Fév 22, 2022

 

 

L’IMPACT POSITIF DU DHA SUR LA SANTE DES YEUX

 

Nous avons déjà évoqué l’importance du DHA sur la croissance du foetus et de l’enfant, et pour le développement et la préservation de l’oeil, en particulier de la rétine. Il a été démontré, par exemple, que l’apport de DHA provenant d’algues dans les préparations pour nourrissons améliore l’acuité visuelle des enfants (nourris au lait maternisé) dés l’âge de 12 mois (1).

Le DHA continue de jouer un rôle clé dans la santé des yeux en vieillissant et est d’autant plus pertinent que nos yeux souffrent dans nos environnements modernes. Dans la rétine, le DHA augmente l’activité mitochondriale et a des effets antioxydants, anti-inflammatoires, antiapoptotiques (prévention de la mort cellulaire) et antiangiogéniques. Le DHA est un constituant lipidique majeur des membranes des photorécepteurs, où il joue un rôle crucial dans le maintien de leur intégrité structurelle et fonctionnelle. Étant donné que le renouvellement continu des membranes rétiniennes nécessite un apport constant d’oméga-3, les régimes riches en DHA peuvent même améliorer la fonction rétinienne, en particulier lorsque des dommages sont déjà survenus.

 

L’impact de la lumière bleue sur les yeux.

Au cours des 20 dernières années, l’éclairage de nos maisons a remarquablement évolué, avec l’adoption d’ampoules plus économes en énergie. Alors que les ampoules à incandescence, les ampoules fluorescentes et les nouvelles ampoules LED sont toutes considérées comme blanches (couvrant l’ensemble du spectre du bleu au rouge), cette lumière est progressivement devenu plus bleu. Les lumières LED sont spécialement conçues pour avoir une lumière vive qui rappelle le soleil de midi mais comporte un pic important dans le spectre bleu. En outre, notre dépendance accrue à l’égard des écrans, appareils dotés diodes électroluminescentes (LED), a encore augmenté notre exposition à la lumière bleue.

intensités lumières

Figure 1: Intensités des différentes couleurs qui composent la lumière « blanche » à partir de différents types d’ampoules. D’après Tosini et al. (2).

 

Les effets de la lumière bleue sur nos rythmes circadiens sont désormais reconnus; et si la perturbation du sommeil a des conséquences négatives sur notre santé, la lumière bleue a également un impact sur notre principal capteur de lumière: la rétine.

De nombreuses études ont identifié les effets néfastes de la lumière bleue sur la rétine. On peut classer en deux grandes catégories: les effets à court terme et les effets chroniques. Les effets phototoxiques à court terme sont liés à une exposition aiguë (moins de 12 heures) où les niveaux globaux d’énergie lumineuse causent des dommages, probablement via un mécanisme lié à l’oxydation (2). La lumière bleue contient plus d’énergie que la rouge et est donc plus nocive. Des quantités appropriées de DHA dans les membranes cellulaires des récepteurs de lumière régulent la production du puissant antioxydant GSH(3), ce qui réduit le risque de dommages.

Les effets à plus long terme sont liés à une exposition chronique sur plusieurs jours et mois, et semblent spécifiques à certaines longueurs d’onde de la lumière dans la région bleue.

Des données issues d’études sur les animaux suggèrent que la sensibilité à la lumière bleue est plus importante la nuit que le jour. Les enfants et les jeunes, dont les yeux ne filtrent pas complètement la lumière bleue, sont particulièrement sensibles. Tandis que les yeux plus âgés sont plus susceptibles d’être endommagés. Par exemple, une exposition prolongée à la lumière bleue est un des facteurs contribuant aux dommages causés à la zone la plus sensible de la rétine : la macula. Cette exposition est impliquée dans la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), en parallèle d’une inflammation de faible intensité subit pendant de nombreuses années.

 

Agir contre la dégénérescence maculaire

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la principale cause de perte de vision irréversible chez les plus de 65 ans aux États-Unis, et la quatrième cause de cécité dans le monde. Elle résulte d’une détérioration de la macula, la région centrale de la rétine, qui rend difficile la lecture, la reconnaissance des visages et l’exécution de nombreuses tâches quotidiennes.

Le DHA est le principal acide gras polyinsaturé structurel et métabolique de la rétine : il représente environ 20 % de son poids; et joue également un rôle dans la gestion de l’inflammation. Il n’est donc pas surprenant que des études sur la population aient montré une corrélation entre faible apport en omega-3 et un risque accru de DMLA (4,5).

L’accumulation et le maintien d’un niveau élevé de DHA dans le corps semblent fournir un certain niveau de protection après l’apparition des premiers signes de DMLA (6), et des oméga-3 à très haute dose pourraient avoir un certain bénéfice thérapeutique en restaurant partiellement la vision (7).

Les suppléments contenant du DHA ORIGINS® peuvent aider à maintenir des niveaux élevés de DHA dans le sang et réduire le risque de DMLA. Une concentration élevée en DHA permet d’associer une dose significative dans une seule capsule avec d’autres suppléments tels que les caroténoïdes lutéine et zéaxanthine, ou le zinc qui apportent des bénéfices protecteurs supplémentaires (8).

 

D’autres bénéfices pour les yeux

Le maintien de niveaux élevés de DHA dans notre organisme peut également avoir des effets bénéfiques sur le maintien d’une pression intraoculaire correcte, réduisant ainsi le risque de glaucome (9); et peut contribuer à la régénération des nerfs et à la cicatrisation après une blessure de l’œil d’après des recherches sur les animaux (10). Il a également un rôle très important à jouer au niveau du front de l’œil, et de la gestion du phénomène connu sous le nom d’œil sec.

 

Oeil sec

Notre environnement moderne n’est pas tendre avec la surface de nos yeux : la pollution, le temps passé dans des environnements climatisés, et le temps passé devant les écrans d’ordinateur sans cligner des yeux, peuvent tous avoir un impact sur cet organe délicat. La cornée, la conjonctive, les paupières et le film lacrymal sont essentiels à une bonne vision; en perdant le film lacrymal, la qualité de l’image est réduite de 20 à 40%, et la sécheresse oculaire est responsable d’une visite sur quatre chez un ophtalmologiste aux Etats-Unis (11). L’œil sec se caractérise par une inflammation de la surface oculaire et une production insuffisante de larmes. La réduction de cette inflammation peut entraîner une atténuation des symptômes (12). Des études épidémiologiques menées sur des populations occidentales bien nourries ont suggéré que les suppléments nutritionnels tels que les omega-3 peuvent retarder l’apparition de ces troubles ou en réduire le risque.

Des études ont été menées pour voir si l’apport en oméga-3 en complément d’un traitement par larmes artificielles pouvait avoir un effet bénéfique. Une méta-analyse récente de ces essais a conclu que la supplémentation en oméga-3 améliore significativement les symptômes, et réduit les signes de l’œil sec chez les patients atteints de cette maladie (13). En outre, pour un sous-ensemble de personnes souffrant d’œil sec, souvent des femmes, la maladie est liée au système immunitaire et le DHA a un impact très positif dans ce cas (14).

Les graphiques suivants montrent la réduction des marqueurs inflammatoires interleukin -b et interleukin 6 chez les employées de bureau à risque de sécheresse oculaire en raison d’une utilisation prolongée de l’ordinateur. L’inflammation est plus élevée chez les femmes âgées mais pour les deux groupes, la consommation de suppléments d’oméga 3 et d’antioxydants a permis de réduire significativement cette inflammation et a correspondu à une amélioration des signes/ symptômes cliniques (15).

marqueurs inflammatoires vision

marqueurs inflammatoires DHA

Figure 2 : réduction des marqueurs inflammatoires dans les larmes des utilisateurs d’ordinateurs après une supplémentation en oméga-3 et en antioxydants. De Ribelles et al. (15)

L’importance de maintenir une circulation élevée de DHA pour la santé des yeux

L’œil est une structure sensible qui, en raison de son interface avec le monde extérieur, est particulièrement susceptible d’être endommagée, notamment avec l’âge. Le DHA joue à la fois un rôle structurel important dans l’œil, et un rôle dans la réduction des inflammations, la protection et la limitation des effets dommageables de l’oxydation. Le DHA joue un rôle préventif évident dans la santé à long terme de l’œil, car il est important de maintenir un niveau de circulation élevé dans notre sang ; une étude récente a confirmé l’utilisation d’un complément alimentaire à base de DHA à haute dose (environ 1g/jour) sous forme de triglycéride, composé impactant nettement l’amélioration de la santé oculaire (3).

Les autres huiles d’algues à base de DHA sont limitées à 250 mg de DHA/jour lorsqu’elles sont prises comme complément, mais l’huile DHA Origins® peut être prise à des doses qui fournissent jusqu’à 1 g de DHA par jour[1], soit quatre fois la dose des autres, ce qui offre une voie vers un effet protecteur solide.

[1] Doses autorisées en Europe dans le cadre de la liste Novel Foods de l’Union européenne.

 

 

Le rôle du DHA dans l’immunité

Comme nous l’avons vu plus haut, certains des effets bénéfiques du DHA sur la santé des yeux proviennent de sa capacité à résoudre l’inflammation. Notre prochaine publication examinera plus en détail comment les oméga-3, et le DHA en particulier, peuvent agir sur notre système immunitaire pour avoir un impact positif à long terme sur notre santé.

 

 

Bibliograpie :

  1. Birch, E. E. et al. The DIAMOND (DHA Intake And Measurement Of Neural Development) Study: a double-masked, randomized controlled clinical trial of the maturation of infant visual acuity as a function of the dietary level of docosahexaenoic acid. Am. J. Clin. Nutr. 91, 848–859 (2010).
  2. Tosini, G., Ferguson, I. & Tsubota, K. Effects of blue light on the circadian system and eye physiology. Mol. Vis. 22, 61–72 (2016).
  3. Lafuente, M., Rodríguez González-Herrero, M. E., Romeo Villadóniga, S. & Domingo, J. C. Antioxidant Activity and Neuroprotective Role of Docosahexaenoic Acid (DHA) Supplementation in Eye Diseases That Can Lead to Blindness: A Narrative Review. Antioxidants 10, 386 (2021).
  4. Wu, J. et al. Dietary Intakes of Eicosapentaenoic Acid and Docosahexaenoic Acid and Risk of Age-Related Macular Degeneration. Ophthalmology 124, 634–643 (2017).
  5. Merle, B. M. J. et al. Circulating omega-3 Fatty acids and neovascular age-related macular degeneration. Invest. Ophthalmol. Vis. Sci. 55, 2010–2019 (2014).
  6. Souied, E. H. et al. Oral docosahexaenoic acid in the prevention of exudative age-related macular degeneration: the Nutritional AMD Treatment 2 study. Ophthalmology 120, 1619–1631 (2013).
  7. Georgiou, T. & Prokopiou, E. The New Era of Omega-3 Fatty Acids Supplementation: Therapeutic Effects on Dry Age-Related Macular Degeneration. J. Stem Cells 10, 205–215 (2015).
  8. Ho, L. et al. Reducing the genetic risk of age-related macular degeneration with dietary antioxidants, zinc, and ω-3 fatty acids: the Rotterdam study. Arch. Ophthalmol. Chic. Ill 1960 129, 758–766 (2011).
  9. Saccà, S., Cutolo, C., Ferrari, D., Corazza, P. & Traverso, C. The Eye, Oxidative Damage and Polyunsaturated Fatty Acids. Nutrients 10, 668 (2018).
  10. Pham, T. L. & Bazan, H. E. P. Docosanoid signaling modulates corneal nerve regeneration: effect on tear secretion, wound healing, and neuropathic pain. J. Lipid Res. 62, (2021).
  11. Faulkner, W. J. The Role of Omega-3 Essential Fatty Acids in Dry Eye Disease. Int. J. Clin. Exp. Ophthalmol. 1, 55–59 (2017).
  12. Mohammadpour, M., Mehrabi, S., Hassanpoor, N. & Mirshahi, R. Effects of adjuvant omega-3 fatty acid supplementation on dry eye syndrome following cataract surgery: A randomized clinical trial. J. Curr. Ophthalmol. 29, 33–38 (2017).
  13. Giannaccare, G. et al. Efficacy of Omega-3 Fatty Acid Supplementation for Treatment of Dry Eye Disease: A Meta-Analysis of Randomized Clinical Trials. Cornea 38, (2019).
  14. Gao, Y. et al. Dietary DHA amplifies LXA4 circuits in tissues and lymph node PMN and is protective in immune-driven dry eye disease. Mucosal Immunol. 11, 1674–1683 (2018).
  15. Ribelles, A. et al. Ocular Surface and Tear Film Changes in Older Women Working with Computers. BioMed Res. Int. 2015, 467039 (2015).

Articles récents

Restez informé !

Inscrivez-vous à la newsletter Fermentalg et recevez nos nouvelles en avant première

*Champs obligatoires